07/02/2018

Voies navigables de France rejoint la Conférence Permanente Loire

Soucieux des attentes des citoyens et opérateurs économiques du territoire, Voies navigables de France avait souhaité participer au Grand Débat autour de la Loire qui s’est déroulé entre octobre 2014 et mai 2015.

Lié à nombre des 30 Engagements pris pour la Loire lors du Grand Débat, l’établissement public a rejoint la Conférence Permanente Loire (CPL) le 19 septembre 2017. 

Pour en savoir plus sur les missions de cet établissement public administratif, et connaître son implication au sein de la CPL, nous avons questionné Antoine Vallée, adjoint à la cheffe de l’UTI Loire et chef du pôle des Affaires Générales.

Que sont les Voies Navigables de France ?

Créé en 1991, Voies navigables de France, ou VNF, est un établissement public administratif national qui gère 6700 km de voies d’eau et 40 000 hectares de domaine public fluvial. Dans l’Ouest, VNF s’occupe de la Loire entre Nantes et Bouchemaine.

Les autres voies d’eau de l’Ouest sont, elles, gérées de façon décentralisée auprès des différents conseils départementaux. « Nous assurons l’exploitation, l’entretien, la maintenance du réseau navigable, le passage des bateaux, l’entretien du domaine public fluvial et sa valorisation et la promotion du transport fluvial dans toutes ses composantes (marchandises, passagers, plaisance) ; VNF assure également la gestion hydraulique de l’eau là où il y a des barrages (ce qui n’est pas le cas de la Loire) », énumère Antoine Vallée, adjoint à la cheffe de l’UTI Loire.

Sur l’ensemble du territoire français, pas moins de 4000 agents travaillent chez Voies navigables de France. Antoine Vallée, que nous avons interviewé, travaille au sein d’une subdivision de VNF : l’unité territoriale itinéraire Loire (UTI Loire), une antenne qui emploie 16 agents chargés de gérer la Loire sur 85 km.

Géographiquement, les limites administratives de cette gestion se situent de part et d’autre de l’Île de Nantes : le pont Anne de Bretagne au nord et le pont de Pornic au sud. À l’ouest de ces repères géographiques, la Loire est gérée par le Grand Port Maritime

La Chapelle-sur-Loire - Plaisance (Crédit photo: Alexandra Lebon)

Crédit : Alexandra Lebon

En septembre 2017, les VNF rejoignent la CPL

Après le Grand Débat et la mise en place des 30 Engagements pour la Loire, Voies navigables de France a souhaité être associé de façon plus directe à la Conférence Permanente Loire.

« Nous sommes effectivement liés à nombre de ces 30 Engagements et l’enjeu, précise Antoine Vallée, est de mieux se faire connaître, de présenter nos missions et de faire découvrir la Loire en amont de Nantes. Dans les villes où il y a des ports, le gestionnaire de la voie d’eau est souvent moins connu. C’est le cas à Paris ou à Rouen par exemple. Notre participation à la Conférence Permanente Loire peut permettre d’aller vers les citoyens et de leur parler de façon plus directe. »

Parmi ses missions actuelles, l’UTI Loire travaille à la mise en œuvre de l’Atlas foncier qui permet de cartographier les parcelles qui longent le bord de la Loire et d’identifier leurs propriétaires. Le travail sur le schéma de développement des occupations et des usages du fleuve (SDOUF) est aussi très important puisqu’il permet de savoir comment les différents acteurs (Nantes Métropole, les porteurs de projets, le Grand Port Maritime, VNF) souhaitent utiliser le fleuve, à court, moyen et long terme.

« Dans le cadre des 30 Engagements pour la Loire, nous avons notamment été associés au projet de mise en place des guinguettes à Mauves, et plus récemment à Sainte-Luce, explique Antoine Vallée. De façon plus générale, nous sommes intéressés par les engagements qui touchent à la biodiversité et à la navigation sur la Loire. Nous souhaitons accompagner les différents projets qui nous concernent de façon directe ou indirecte. »

La Chapelle-sur-Loire - Plaisance (Crédit photo: Alexandra Lebon

Crédit : Alexandra Lebon

L’aménagement du seuil de Bellevue

Dans le cadre de ses missions sur la Loire, Voies navigables de France travaille actuellement à l’aménagement du Seuil de Bellevue. Un projet qui a pour but de mettre en place une meilleure transition vers l’estuaire de la Loire.

Dans les années 1970, pour des besoins de navigation, le lit du seuil de Bellevue a fait l’objet d’un dragage qui a bouleversé l’équilibre du secteur.  « Les bras secondaires de la Loire ne sont plus suffisamment alimentés et participent moins activement à la biodiversité de la Loire : reproduction des poissons notamment. Avec ce programme de rééquilibrage, l’objectif est également un maintien des usages », affirme Antoine Vallée.

Cette opération majeure permettra de réduire la pente de ligne d’eau pour favoriser le dépôt de sable transporté par le fleuve. Ces travaux auront donc pour but de préserver la Loire sur le long terme tout en maintenant ses différentes utilisations.

« Nous allons nous efforcer de valoriser et de faire connaître la Loire qui se situe en amont de Nantes, car il y a de très beaux endroits méconnus de nombreux habitants », conclut-il.

Pour aller plus loin

Commenter
  • Jocelyne
    Le 08/02/2018 à 17:35

    Serait il possible de faire partie d'un groupe représentant les communes en amont de Nantes métropole rive sud?
    Merci de me répondre
    Cordialement Loire
    Jocelyne Verbois

    Lire tout le commentaire
    Aucune réponseRépondre